Quels sont les exemples d'homéostasie chez les plantes?

L'homéostasie chez les plantes comprend la régulation des niveaux de dioxyde de carbone et d'eau nécessaires pour effectuer la photosynthèse. L'homéostasie chez les plantes permet également aux cellules végétales de stocker la quantité appropriée d'eau dans leurs cellules pour les empêcher de flétrir et de mourir pendant les périodes de sécheresse.



L'homéostasie est tout processus biologique effectué par un organisme qui régule et maintient perpétuellement ses systèmes internes et est déclenché par des stimuli externes qui obligent l'organisme à s'adapter et à modifier ses processus internes pour fonctionner correctement dans les nouvelles circonstances internes ou environnementales. Tous les organismes vivants ont besoin d'un certain type d'homéostasie pour maintenir la vie.

Les plantes dépendent généralement de la photosynthèse pour produire de l'énergie afin de maintenir leurs processus biologiques. La photosynthèse est un processus chimique effectué par les plantes dans lequel la lumière du soleil est convertie en énergie. L'homéostasie est essentielle au cours de ce processus et est réalisée par des cellules appelées stomates, que l'on trouve couramment à la surface externe des plantes. Les stomates s'ouvrent pour permettre à la lumière du soleil et au dioxyde de carbone d'entrer dans la cellule, tout en libérant l'oxygène produit par la photosynthèse.

Les cellules végétales perdent une partie de leur teneur en eau pendant que les stomates sont ouverts, laissant la plante sensible à la déshydratation. Les cellules de garde spéciales entourant les stomates réagissent aux changements chimiques de leur physiologie et peuvent se gonfler pour permettre l'échange d'eau et de gaz des stomates vers l'environnement, ou se dégonfler pour protéger les stomates et empêcher une perte d'eau excessive.